Mettre en place et animer une démarche participative

image demarche.jpg (0.3MB)
On peut estimer qu’une démarche participative, dans sa dimension la plus élevée de participation revient à réaliser toutes les étapes d’un projet de façon collective et partagée.
Le projet n’est plus le projet d’une seule personne mais celui d’un groupe. Le groupe co-analyse la situation actuelle pour co-définir un projet qui est co-organisé et co-réalisé pour être ensuite co-évalué.

Il est nécessaire avant tout de distinguer :
  • l’animation globale d’une démarche participative qui interroge l’ensemble du projet et son éthique afin qu’il s’inscrive dans une dynamique participative et citoyenne concevoir et piloter un dispositif d'accompagnement participatif,
  • de l’animation participative mise en œuvre durant les temps de réunion/rencontre, qui nécessite des outils et méthodes pour favoriser la prise en compte de chacun, à chaque étape du projet (objet de la présente fiche)
Bien sûr les deux dimensions sont connectées et doivent être cohérentes et articulées entre elles.

En préalable

image fiche.jpg (5.4kB)
Lien vers: https://etreserasmus.eu/?ConceptDemoctatie
Il est nécessaire avant tout de clarifier conceptuellement le cadre global éthique autour de la participation des citoyens.

Objectifs de cette séquence

- Clarifier les cadres de la démarche participative
- Identifier les points clés pour l’animation d’une démarche participative
- Préciser les rôles de l’animateur d’une démarche participative

Démarche participative et projet

L’animation/coordination d’une démarche participative est un point majeur pour la réussite du projet. Il ne s’improvise pas et nécessite de s’être préalablement formé et informé en amont.
Il s’agit d’orchestrer la participation et de se mettre au service du projet. Il faut également anticiper et savoir regarder les processus en jeu. Coordonner et animer un tel processus nécessite de créer des alliances, des partenariats et une répartition des rôles.
Pour cela se référer au module concevoir et piloter un dispositif d'accompagnement participatif

Les points clés de l’accompagnateur et de l’animateur/coordinateur de la démarche

- Permettre aux acteurs du projet de s’interroger ensemble sur ce qu’est la démocratie participative et la participation (cf fiche démocratie participative)
- Permettre aux acteurs du projet de définir ensemble le niveau de participation et s’engager ensemble autour d’une charte de participation (charte de participation)
- Clarifier la commande
- Mobiliser les acteurs
- Les étapes de l’accompagnement
- Évaluer un projet participatif

Le référentiel de la fonction d’accompagnement des initiatives citoyennes de transition écologique

voir le module Postures et pratiques de la fonction d'accompagnement.

L'animation d'une démarche participative

L'animation du groupe et l’animateur

On ne peut pas imaginer un groupe engagé dans son projet sans qu’il y ait un animateur du groupe. Animer ne veut pas dire «diriger» au sens de s’approprier un «pouvoir». Animer veut dire mettre en mouvement vers un objectif.

Avant d’animer un groupe, il faut se familiariser avec le milieu dans lequel il évolue. Par exemple, connaître les acteurs, la culture organisationnelle des groupes et leurs actions et savoir de quelle manière elles ont été menées.

Le rôle d’animation est essentiel dans toutes les méthodes participatives. Certaines de ses tâches varient d’une méthode à l’autre, mais en règle générale il lui incombe d’assurer le déroulement opérationnel et sécurisant des séquences de travail et de veiller à ce que les personnes et le groupe se sentent en sécurité et impliqués.

Pour cela, il convient de définir collectivement un cadre contractuel commun pour le bon déroulé des séquences de travail collectif (les horaires, les lieux etc….).

La négociation permet à chacun de s’accorder avec ce cadre. Une fois ce cadre posé, la personne en charge de l’animation propose d’être garant du cadre, ou alors le groupe définit une personne qui garantit ce cadre et puisse le rappeler voire le redéfinir si nécessaire.

La personne en charge de l’animation peut successivement être régulatrice des échanges (gérer les temps de parole, la bienveillance, l’équité de répartition de la parole…), médiatrice (gérer et résoudre des conflits), formatrice (apporter des savoirs, faire monter en compétences par des séquence de formation), ou experte (apporter son regard, son expérience sur un thème très précis), facilitatrice ou “ambianceuse” en organisant l’espace et le temps pour permettre la convivialité, l’humour, le plaisir d’être là, gardienne du cadre/contrat posé, rapporteuse (il faut définir dans le groupe des personnes qui prennent des notes et font ce travail néanmoins, le regard, est à prendre en compte).

La personne est aussi impulseuse de créativité en imaginant des alternances de séquences suffisamment créatives pour faire adhérer un maximum de personnes et leur proposer une espace nouveau d’expression (facilitant le lâcher-prise), enfin aussi pédagogue pour favoriser l’empowerment et l’émancipation des personnes et du groupe.

Certains rôles peuvent être proposés Outils d’animation pour s’organiser aux personnes présentes ou à des personnes extérieures au groupe, à la condition que cela ne nuise pas à la dynamique de groupe qui doit se sentir en sécurité, en confiance pour s’exprimer, libre et disponible au processus.
Aller à la vidéothèque : Animer des réunions participatives.

Les points de vigilance de l'animateur

- Aider son groupe à atteindre un but, à prendre une décision, à résoudre un problème ou à élaborer un projet.
- Favoriser au sein du groupe l’acceptation de tous les participants et le respect mutuel.
- Faire en sorte que tous les participants possèdent et comprennent bien les informations essentielles à la prise de décision collective.
- Faire en sorte que les décisions prises soient le résultat de ce que le groupe désire après que tous les participants ont eu la possibilité de s’exprimer.
- Susciter la créativité et l’imagination collective du groupe et la rendre opérationnelle.
- Identifier les meneurs naturels et les aider à exercer leur leadership de façon démocratique.
- Savoir gérer les imprévus qui peuvent surgir dans le processus participatif
- Etre attentif au bien-être et à la sécurité des personnes (cf pyramide de Maslow)

Définir les objectifs

Avant toute organisation d'un temps collectif, il est nécessaire de clarifier le ou les objectifs poursuivis. Ces objectifs doivent être partagés par l'ensemble des parties prenantes au projet et devront être rappelés dans l'invitation et le jour J d’une première rencontre.

Quelques questions à se poser

- Y'a t-il un ou plusieurs objectifs? Quel est le projet commun?
- Les objectifs sont-ils définis collectivement?
- Qui sont les participants?
- Ces objectifs sont-ils clairs pour les participants?
- Les objectifs sont-ils mesurables / évaluables?
- Dans quels temps ces objectifs s'inscrivent-ils?

  • Il est important que les participants soient informés de ce qui se fait entre les différents temps afin qu'il y ait le moins possible de différence d'information.
En fonction des objectifs, des participants et du type de temps collectifs, vous allez pouvoir définir un lieu et une forme d'animation.

Étapes, outils et méthodes pour de l’animation

  • En amont de la rencontre, l’animateur anticipe et prépare en se questionnant.
A ce stage les outils mobilisables sont des outils collaboratifs à distance afin de prendre rendez-vous en tenant compte des disponibilités de chacun, construire ensemble l’ordre du jour et clarifier les objectifs, interventions et durées….Voir la fiche outils d'animation s’organiser

  • Pendant la rencontre, l’animateur peut préparer des outils selon l’avancée du groupe. Dans un groupe nouveau, ou sur une question nouvelle, il est important d’avoir des Outils pour se présenter/se connaître/favoriser la rencontre, et des outils pour faire [https://etreserasmus.eu/?AnimatioN émerger les représentations et construire une culture partagée sur un thème en incluant des temps de dialogues et des temps de formation/informations.

Les groupes peuvent être amenés à se mettre en projet et donc il faut des outils pour faire émerger les idées, organiser les idées, favoriser l’expression, organiser le débat.

  • Enfin pour finir la rencontre ou après la rencontre, l’animateur prépare des temps pour faire une évaluation participative en présentiel ou à distance qui permettent le dialogue et la co-construction. Il accompagne le processus de prise de note, de diffusion de l’information ainsi que le suivi des groupes de travaux et l’anticipation des prochaines rendez-vous.

Quelques liens


Imprimer cette page

image pictopdf.png (2.7kB)
Lien vers: https://etreserasmus.eu/?CollectivE/download&file=M2_methodes.pdf
Vous pouvez, en cliquant sur le pictogramme, télécharger cette page au format pdf pour impression. Toute utilisation de ce fichier en creative commons doit faire mention de la source et des auteurs.

Auteur(e)s de la page:
Orane Bischoff, Montpellier Supagro
Rossella Aldegani, Cooperativa Alchimia

Notes

1- De Robertis et al. (2014), Chapitre 2 dans L'intervention sociale d'intérêt collectif : de la personne au territoire


News A network in Europe Video library